Les thermes et la variant Delta. Quels risques pour votre cure thermale?

La nouvelle fait le tour des médias : selon Olivier Véran, ministre de la Santé, une quatrième vague pourrait apparaître d’ici la fin juillet à cause du variant Delta (ou variant indien). Ce dernier peut-il avoir un impact sur le déroulement de votre cure thermale ? Nous avons interrogé le docteur Alain Garcia, médecin-conseil du groupe Chaîne Thermale du Soleil, à ce sujet.

C’est une question que vous nous avez beaucoup posée ces derniers jours : la montée en puissance du variant Delta (anciennement appelé variant indien) entraînera-t-elle bientôt la fermeture des thermes ? Une interrogation légitime au regard des déclarations d’Olivier Véran, ministre de la Santé, ce dimanche 4 juillet sur son compte Twitter : « Depuis cinq jours, le virus ne baisse plus, il réaugmente. À cause du variant Delta qui est très contagieux. L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès fin juillet ».

Mais cela pourrait-il avoir un impact sur l’ouverture des thermes et la continuité de vos cures thermales ? Pour le savoir, nous sommes allés à la rencontre du Dr Alain Garcia, médecin-conseil du groupe Chaîne Thermale du Soleil. Lui-même en première ligne des cures thermales, il répond en connaissance de cause à vos questions.

Les curistes se demandent si les établissements thermaux vont devoir fermer à cause du variant Delta. La question est-elle aujourd’hui sur la table ?

La question n’est pas sur la table. On ne voit rien à l’horizon qui nous inciterait à fermer les établissements thermaux. Aujourd’hui, tout le monde se pose des questions sur les mesures à prendre. Il faut réussir à garder la raison : la situation est celle d’une crainte, cela ne veut pas dire qu’elle va forcément arriver. […] Je pense que la population devient de plus en plus responsable, que le gouvernement prendra ses responsabilités aussi, d’autant plus que beaucoup plus de personnes seront vaccinées d’ici les prochains mois. Car selon moi, il est primordial que la population prenne acte que la vaccination est quelque chose de fondamental.

Dans quelles conditions les thermes pourraient-ils être contraints de fermer leurs portes de nouveau ?

Il faudrait quelque chose au niveau sanitaire de catastrophique et d’extrêmement inquiétant pour prendre une telle mesure. Mais je ne crois vraiment pas que cela arrivera.

Suivre une cure thermale en ce moment présente-t-il un risque ?

Dans un premier temps, il faut savoir que 70 % à 80 % des curistes sont vaccinés. Si ce n’est pas le cas, un test PCR est exigé avant le commencement de la cure, avec la réalisation d’un autotest deux fois par semaine. Toutes les mesures sont prises pour garantir que le virus ne se diffuse pas au niveau des établissements thermaux et des curistes en station thermale. Il est important de rappeler également qu’en 2020, il n’y a eu aucune contamination interne au COVID-19 recensée au niveau des établissements thermaux.

Les cures thermales représentent une activité extérieure protégée, si ce n’est celle la plus protégée avec toutes les mesures, les protocoles, la formation des personnels, la formation des médecins, etc. La sécurité des patients passe avant tout. De toutes les activités collectives et individuelles pouvant être exercées à l’extérieur de chez soi, en dehors des thermes, l’activité thermale est certainement celle la plus sécurisée.

Il faut également retenir que pour les patients qui souffrent de pathologies chroniques, il va devenir dangereux de reporter leur cure thermale. Les cures sont bénéfiques et évitent des complications, comme des soins lourds ou des hospitalisations, dont le risque sanitaire est bien supérieur dans ces cas-là. Il n’est pas souhaitable que les personnes atteintes de maladies chroniques reportent plus longtemps leurs cures thermales, surtout si elles ont été efficaces dans le passé. Quand c‘est efficace, il ne faut pas interrompre.

Les thermes se tiennent-ils régulièrement informés de l’évolution de la situation épidémique ?

L’ensemble de la médecine thermale est extrêmement mobilisé pour que les patients soient informés de toute difficulté. Le contact est pris avec les curistes régulièrement. Ils ont toujours été informés en temps et en heure de l’évolution de la situation, par exemple lors de la réouverture des thermes cette année.

Nous assurons une veille scientifique et administrative avec une relation directe auprès du ministère de la Santé et de la Direction générale de la Santé pour être au courant de toute évolution qui pourrait intervenir.

Au niveau de la médecine thermale, tout le monde est mobilisé pour garantir aux patients de ne pas prendre de risques . On ne veut pas qu’ils prennent de risques, c’est un contrat de confiance solidaire et sanitaire que l’on passe avec eux. Ils seront bien évidemment prévenus de toute évolution à partir du moment où il y a un changement. Nous anticiperons également s’il le fallait concernant les différentes mesures à prendre.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La cure thermale et la prostate

En France, plus de 20 % des hommes de plus de 50 ans souffrent de troubles liés à la prostate. On peut avoir envie d’uriner fréquemment, avoir des difficultés à se retenir, avoir une faiblesse du jet